Des égouts qui gouttent

Ce mois de juillet est propice aux travaux des Bragades. Le samedi 20 juillet, G et N ont fait quelques courses pour agrémenter les pièces de la maison, mais aussi pour remplacer la canalisation des eaux claires.

Un caniveau tout beau tout neuf devrait recueillir les eaux de pluie, et de beaux longs tuyaux en plastique orange remplaceront l'actuelle canalisation complètement hors d'usage. Nahed commence par nettoyer à fond le sol avant passer du vitrifiant sur le parquet de la salle à manger. Ils réaliseront plus tard, que ce n'était pas du tout la consigne que lui avait donnée R. Elle devait simplement cirer le parquet pour lui redonner un peu de lustre après que toute la poussière se fut déposée dessus. C'est comme ça le téléphone arabe, ma foi.

G lui doit creuser. Avant cela, il débarasse les vieux vases pourris fabriqués avec des fonds de barrique sur le chemin. Et puis c'est la pioche et la pelle qui l'appellent. Il faut piocher et pelleter, piocher, pelleter... Quel plaisir de posséder une maison! Que de bonheur!

Le sol est dur et la chaleur éprouvante, alors tout avance au ralenti, surtout que R n'est pas là pour stimuler l'ouvrier. Il faut s'interrompre régulièrement pour reprendre son souffle ou boire de l'eau. Quand le soleil est au zénith est que la chaleur est insoutenable, G s'installe sous le pin et monte son nouveau hamac circulaire suspendu. C'est assez rigolo, et permet de faire la sieste à l'ombre (mais ça reste trop chaud). G profite également pour planter trois petits arbres bradés chez jumbo: un olivier, un citronnier et un palmier. Tiendront-ils l'hiver?

Les tuyaux déterrés montrent à quel point l'ancien propriétaire était pauvre ou peu soucieux d'avoir une canalisation fonctionnelle. On y rencontre quatre types de matériaux différents (ciment, eternit, plastique dur et plastique léger) avec des diamètres qui ne correspondent pas entre eux.

Heureusement, le soir, ils n'ont pas besoin de cuisiner car ils sont invités chez H, soeur jumelle de N, et son mari L, fine plume du Temps, qui se plaît à fustiger la politique d'Israël et de leur nouvel allié, le sirupeux Monsieur Cassis. Dorades et sardines sont huilées et salées sous le regard intéressé de Zelda, pendant que le fiston I imite son père en tentant de manipuler dangereusement le nouveau barbecue Weber (R). Un repas fort agréable accompagné des célèbres pimientos del Padron et de bon Rioja.

Le lendemain, R et D s'arrêtent aux Bragades de retour d'Avignon, mais trouvent la maison vide. Et oui, les Bragades ne sont pas encore tout à fait habitables, car il manque les draps!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.tabanas.net/bragades/index.php/trackback/167

Haut de page